Skip to main content

Erasmus+

EU programme for education, training, youth and sport

Cette page web ne présente pas encore le contenu du guide du programme Erasmus+ 2022. Toutefois, vous pouvez télécharger le guide complet pour 2022 en PDF dans la langue de votre choix en cliquant sur «Télécharger», (Download) à droite de cette page.

Projets en soutien à la coopération

DE QUOI S’AGIT-IL?

Cette action permet aux organisations participantes d’acquérir de l’expérience en matière de coopération internationale et de renforcer leurs capacités, mais aussi de produire des résultats innovants de haute qualité. En fonction des objectifs du projet, des organisations participantes concernées ou de l’incidence escomptée, entre autres, les projets en soutien à la coopération peuvent être de tailles et de portées différentes et adapter leurs activités en conséquence. L’évaluation qualitative de ces projets se fera en fonction des objectifs de la coopération et de la nature des organisations concernées.

Dans cette logique, deux types de partenariats sont proposés aux organisations pour travailler, apprendre et se développer ensemble:

  • les partenariats de coopération;
  • les projets de partenariat simplifié.

Ces deux types de partenariats sont présentés en détail dans la section suivante. Les informations contenues dans les deux sections vous aideront à choisir le type de partenariat qui convient le mieux au profil et à la structure de votre organisation et à vos idées de projet.

QUELLES SONT LES ACTIVITÉS GÉNÉRALEMENT MENÉES PAR LES PROJETS EN SOUTIEN À LA COOPÉRATION?

Au cours du cycle de vie d’un projet, les organisations peuvent généralement mener un vaste éventail d’activités. Des activités traditionnelles aux activités plus créatives et innovantes, les organisations disposent de la souplesse nécessaire pour choisir la combinaison qui leur convient le mieux pour atteindre les objectifs du projet en fonction de son ampleur et par rapport aux capacités du partenariat. Par exemple:

  • Gestion de projet: activités nécessaires pour assurer la planification, la mise en œuvre et le suivi adéquats du projet, y compris une collaboration harmonieuse et efficace entre les partenaires du projet. Durant cette phase, les activités comprennent généralement des tâches organisationnelles et administratives, des réunions virtuelles entre partenaires, l’élaboration du matériel de communication, la préparation et le suivi des participants prenant part aux activités, etc.
  • Activités de mise en œuvre: peuvent inclure des événements de mise en réseau, des réunions, des sessions de travail pour échanger des pratiques et développer les résultats. Ces activités peuvent également comprendre la participation du personnel et des apprenants (à condition que leur participation contribue à la réalisation des objectifs du projet).
  • Activités de partage et de promotion: organisation de conférences, de sessions, d’événements visant à partager, expliquer et promouvoir les résultats du projet, qu’il s’agisse d’éléments tangibles, de conclusions, de bonnes pratiques ou autres.

CONTRIBUTION DE CETTE ACTION À LA RÉALISATION DES PRIORITÉS STRATÉGIQUES

Chaque année, la Commission européenne fixe des priorités et des objectifs communs à poursuivre au niveau du programme Erasmus+ dans différents domaines de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport. Par conséquent, outre le renforcement des capacités des organisations associées au projet, les projets en soutien à la coopération visent à contribuer à la réalisation des priorités grâce à leurs résultats.

Les projets sont donc tenus de concevoir leurs travaux en fonction d’une ou de plusieurs de ces priorités et de les sélectionner au stade de la candidature. Lors de la formulation des propositions de projet, il est également recommandé de consulter les résultats produits par les projets financés précédemment sur la base de priorités similaires, afin d’assurer la cohérence et d’éviter les doubles emplois, ainsi que de s’appuyer progressivement sur les résultats existants et de contribuer au développement conjoint des différents domaines. Des informations utiles sur les projets financés sont disponibles sur la plateforme des résultats des projets Erasmus+: https://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/projects_en (en anglais).

En outre, afin de garantir une meilleure connexion entre les priorités européennes et les besoins spécifiques au niveau national, les agences nationales Erasmus+ ont la possibilité de définir une ou plusieurs de ces priorités européennes comme particulièrement pertinentes dans leur contexte national, afin d’encourager les organisations à concentrer leurs contributions dans ces domaines sélectionnés sur une année donnée.

En 2021, les projets en soutien à la coopération doivent porter sur un ou plusieurs des domaines prioritaires suivants:

Priorités communes à l’ensemble des secteurs Erasmus+

  • Inclusion et diversité dans tous les domaines de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport: le programme soutiendra des projets qui favorisent l’inclusion sociale et visent à améliorer l’information des personnes moins favorisées, y compris les personnes handicapées et les personnes issues de l’immigration, ainsi que les personnes vivant dans des zones rurales et isolées, les personnes confrontées à des difficultés socio-économiques ou toute autre source potentielle de discrimination fondée sur le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion ou les convictions, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle. Ces projets contribueront à lever les obstacles rencontrés par ces groupes s’agissant de l’accès aux possibilités offertes par le programme, ainsi qu’à créer des environnements inclusifs qui favorisent l’équité et l’égalité et qui répondent aux besoins de la communauté au sens large.
  • Environnement et lutte contre le changement climatique: le programme vise à soutenir, dans tous les secteurs, la sensibilisation aux défis environnementaux et climatiques. La priorité sera accordée aux projets visant à développer les compétences dans divers secteurs liés à la durabilité, à élaborer des stratégies et des méthodologies en matière de compétences sectorielles vertes, ainsi que des programmes d’études orientés vers l’avenir qui répondent mieux aux besoins des individus. Le programme soutiendra également l’expérimentation de pratiques innovantes pour préparer les apprenants, le personnel et les animateurs socio-éducatifs à devenir de véritables acteurs du changement (par exemple, économiser les ressources, réduire la consommation d’énergie et les déchets, compenser les émissions de carbone, opter pour des choix alimentaires et de mobilité durables, etc.). La priorité sera également accordée aux projets qui, au moyen de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et des activités sportives, permettent de modifier les comportements en matière de préférences individuelles, d’habitudes de consommation et de modes de vie; développent les compétences en matière de durabilité des éducateurs et des responsables de l’enseignement et soutiennent les approches prévues par les organisations participantes en matière de durabilité environnementale.
  • Prise en compte de la transformation numérique par le renforcement de la préparation, de la résilience et des capacités numériques: le programme appuiera les plans de transformation numérique des établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur, d’enseignement et de formation professionnels (EFP), et d’éducation des adultes. La priorité sera accordée aux projets qui visent à renforcer la préparation et la capacité des établissements à opérer une transition réelle vers l’éducation numérique. Le programme favorisera l’utilisation avisée des technologies numériques dans les domaines de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport à des fins d’enseignement, d’apprentissage, d’évaluation et d’engagement. Il s’agit notamment de développer la pédagogie numérique et d’acquérir une expertise en matière d’utilisation des outils numériques pour les enseignants, y compris des technologies d’accessibilité et d’assistance, ainsi que de créer et d’utiliser de façon innovante des contenus éducatifs numériques. Il s’agit également de développer les aptitudes et compétences numériques de l’ensemble de la population au moyen de programmes et d’initiatives appropriés. Une attention particulière sera accordée à la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, et à la prise en compte des différences en matière d’accès et d’utilisation par les groupes sous-représentés. Le programme favorisera également l’utilisation des cadres européens sur les compétences numériques des éducateurs, des citoyens et des organisations.
  • Valeurs communes, engagement civique et participation: Le programme favorisera la citoyenneté active et l’éthique dans le cadre de l’apprentissage tout au long de la vie; il encouragera l’acquisition de compétences sociales et interculturelles, l’esprit critique et l’éducation aux médias. La priorité sera également accordée aux projets qui offrent des possibilités de participer à la vie démocratique et d’engagement social et civique par le biais d’activités d’apprentissage formelles ou non formelles. L’accent sera également mis sur la sensibilisation au contexte de l’Union européenne et à sa compréhension, notamment en ce qui concerne les valeurs communes de l’UE, les principes d’unité et de diversité, ainsi que l’identité culturelle, l’ouverture culturelle et le patrimoine social et historique.

Outre les priorités générales susmentionnées, les différents secteurs auront les priorités spécifiques suivantes.

PRIORITÉS SPÉCIFIQUES AUX DIFFÉRENTS SECTEURS

Dans le domaine de l’enseignement supérieur:

La priorité sera accordée aux actions essentielles à la réalisation des objectifs de l’espace européen de l’éducation. L’objectif est d’aider le secteur de l’enseignement supérieur à devenir encore plus interconnecté, innovant, inclusif et numérique. À cette fin, le programme encouragera une coopération beaucoup plus approfondie et interdisciplinaire entre les établissements d’enseignement supérieur ainsi qu’avec leurs écosystèmes d’innovation environnants, et le renforcement des liens entre l’éducation, la recherche et l’innovation. L’accent sera mis en particulier sur le renforcement de l’inclusion, de la mobilité, de la numérisation, de l’apprentissage tout au long de la vie, de l’assurance de la qualité et de la reconnaissance automatique. L’objectif sous-jacent est d’accélérer la transformation de l’enseignement supérieur dans toute l’Europe, afin de former les générations futures à cocréer des connaissances pour une société résiliente, inclusive et durable.

  • Promouvoir des systèmes d’enseignement supérieur interconnectés: le programme visera à renforcer la coopération stratégique et structurée entre les établissements d’enseignement supérieur par: a) l’aide au développement et à l’expérimentation de différents types de modèles de coopération, y compris la coopération virtuelle et mixte et l’utilisation de différents outils numériques et plateformes en ligne; b) l’amélioration de la mobilité en mettant en œuvre la reconnaissance automatique mutuelle des qualifications et des acquis d’apprentissage et en intégrant la mobilité dans les programmes; c) le soutien aux établissements d’enseignement supérieur pour la mise en œuvre des principes et outils de Bologne visant à améliorer la mobilité pour tous.
  • Encourager les pratiques d’apprentissage et d’enseignement innovantes: relever les défis de société en soutenant: a) le développement de programmes centrés sur les étudiants et axés sur les acquis d’apprentissage, qui répondent mieux aux besoins d’apprentissage des étudiants et réduisent les inadéquations entre l’offre et la demande de compétences, tout en étant pertinents pour les besoins du marché du travail et de la société au sens large; b) l’élaboration, l’expérimentation et la mise en œuvre de parcours d’apprentissage flexibles et de la conception modulaire de cours (à temps partiel, en ligne ou mixte) et de formes d’évaluation appropriées, y compris l’élaboration d’évaluations en ligne; c) la promotion de la dimension de l’éducation et de la formation tout au long de la vie de l’enseignement supérieur, notamment en facilitant l’adoption, la validation et la reconnaissance de cours d’apprentissage de courte durée débouchant sur des micro-qualifications; d) la mise en œuvre d’approches transdisciplinaires et de pédagogies innovantes telles que l’apprentissage inverti, l’apprentissage international collaboratif en ligne et l’apprentissage fondé sur la recherche; e) l’intégration du développement durable dans tous les programmes destinés aux étudiants dans toutes les disciplines et à tous les niveaux.
  • Développer les STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) et les STIAM (sciences, technologies, ingénierie, arts et mathématiques) dans l’enseignement supérieur, et notamment la participation des femmes à ces disciplines:  Cette priorité soutient l’élaboration et la mise en œuvre de programmes d’enseignement supérieur en STIM adaptés aux besoins, selon l’approche STIAM (sciences, technologies, ingénierie, arts et mathématiques); la promotion de la participation des femmes dans les disciplines STIM, en particulier l’ingénierie, les TIC et les compétences numériques avancées; l’élaboration de programmes d’orientation et de tutorat pour les étudiants, en particulier les filles et les femmes, afin qu’ils puissent s’engager dans des études et des professions dans les disciplines des STIM et des TIC; la promotion de pratiques d’éducation et de formation tenant compte des questions d’égalité entre les femmes et les hommes dans l’enseignement des STIM; l’élimination des stéréotypes liés au genre dans les STIM.
  • Récompenser l’excellence dans l’apprentissage, l’enseignement et le développement des compétences: par a) l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies et d’une culture de la qualité visant à récompenser et encourager l’excellence dans l’enseignement, y compris l’enseignement en ligne et l’enseignement pour les apprenants défavorisés; b) la formation d’universitaires au moyen de pédagogies innovantes et/ou en ligne, y compris des approches transdisciplinaires, la conception de nouveaux programmes et des méthodes de mise en œuvre et d’évaluation faisant le lien entre l’éducation et la recherche et l’innovation, le cas échéant; c) en favorisant un secteur de l’enseignement supérieur entrepreneurial, ouvert et novateur, en favorisant les partenariats d’apprentissage et d’enseignement avec des organisations commerciales et non commerciales dans le secteur privé; d) en élaborant de nouvelles pratiques de conception pédagogique fondées sur la recherche et la créativité dans l’éducation.
  • Construire des systèmes d’enseignement supérieur inclusifs: le programme encourage des approches inclusives pour les activités de mobilité et de coopération telles que a) l’accès, les taux de participation et de réussite accrus des groupes cibles ayant moins d’opportunités; b) un soutien actif aux nouveaux participants mobiles tout au long du processus de recherche d’un logement, notamment grâce à une collaboration avec les parties prenantes concernées pour la fourniture de logements appropriés et abordables; c) le soutien au développement de parcours professionnels flexibles entre l’éducation et la recherche; d) la promotion de l’équilibre hommes-femmes dans les établissements d’enseignement supérieur, dans toutes les disciplines et aux postes de direction; e) la promotion de l’engagement civique par la promotion de l’apprentissage informel et des activités extrascolaires et la reconnaissance du travail de volontariat et d’intérêt collectif dans les résultats universitaires des étudiants.
  • Soutenir les capacités numériques du secteur de l’enseignement supérieur: par a) des actions qui permettent la mise en œuvre de l’initiative relative à la carte d’étudiant européenne au moyen d’un transfert électronique sécurisé des données des étudiants entre les établissements d’enseignement supérieur, dans le plein respect de la protection des données à caractère personnel et en liaison, si possible, avec le nouvel Europass; b) le développement des aptitudes et compétences numériques des étudiants et du personnel.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la priorité sera accordée aux actions suivantes:

  • Lutter contre les inégalités en matière d’apprentissage, le décrochage scolaire et la faible maîtrise des compétences de base: l’objectif de cette priorité est de contribuer à la réussite de tous les apprenants, en particulier ceux qui ont moins d’opportunités. Cette priorité comprend le suivi, le repérage précoce des élèves à risque, les approches de prévention et d’intervention précoce pour les apprenants en difficulté, la promotion d’approches davantage centrées sur l’apprenant, la promotion du bien-être et de la santé mentale des apprenants et des enseignants, ainsi que la protection contre le harcèlement dans les établissements scolaires. Au niveau des établissements scolaires, cette priorité encourage l’adoption d’approches globales de l’enseignement et de l’apprentissage et la collaboration entre tous les acteurs au sein des établissements scolaires, ainsi qu’avec les familles et les autres parties intéressées externes. Enfin, au niveau stratégique, l’accent est mis sur l’amélioration des transitions entre les différentes étapes de l’éducation, l’amélioration de l’évaluation et la mise au point de systèmes solides d’assurance de la qualité.
  • Soutenir les enseignants, les chefs d’établissement et les autres métiers de l’enseignement: cette priorité soutient les professionnels des métiers de l’enseignement (y compris les formateurs d’enseignants) à toutes les étapes de leur carrière. Les projets relevant de cette priorité peuvent être axés sur l’amélioration de la formation initiale des enseignants ainsi que sur leur développement professionnel continu, notamment en améliorant le cadre stratégique et les possibilités concrètes de mobilité des enseignants. Le deuxième axe de cette priorité consiste à rendre les carrières dans l’enseignement plus attrayantes et plus diversifiées et à renforcer la sélection, le recrutement et l’évaluation dans les métiers de l’enseignement. Enfin, les projets peuvent également soutenir directement l’instauration d’une direction des établissements scolaires plus forte et de méthodes d’enseignement et d’évaluation innovantes.
  • Développer les compétences clés: les projets relevant de cette priorité seront axés sur la promotion de la collaboration interdisciplinaire, l’utilisation d’approches d’apprentissage innovantes, le développement de la créativité, le soutien aux enseignants dans la fourniture d’un enseignement fondé sur les compétences et le développement de l’évaluation et de la validation des compétences clés.
  • Promouvoir une approche globale de l’enseignement et de l’apprentissage des langues: cette priorité comprend des projets visant à soutenir l’intégration de la dimension linguistique dans les programmes et à faire en sorte que les apprenants atteignent des niveaux de compétences linguistiques adéquats à la fin de la scolarité obligatoire. L’intégration de l’utilisation des nouvelles technologies pour l’apprentissage des langues fait également partie des efforts déployés au titre de cette priorité. Enfin, cette priorité soutient des projets qui peuvent contribuer à créer des établissements scolaires sensibilisés aux langues et qui s’appuient sur la diversité linguistique croissante au sein des établissements, par exemple en encourageant l’apprentissage précoce des langues et la sensibilisation à celles-ci et en créant des possibilités d’enseignement bilingues (en particulier dans les régions frontalières et les zones où les habitants utilisent plus d’une langue).
  • Promouvoir l’intérêt pour les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM) et l’excellence dans ces disciplines ainsi que l’approche STIAM: cette priorité soutient des projets qui promeuvent l’approche STIM dans l’éducation par un enseignement interdisciplinaire dans les domaines de la culture, de l’environnement, de l’économie, du design et autres. Elle comprend l’élaboration et la promotion de méthodes pédagogiques et d’évaluation efficaces et innovantes. La création de partenariats entre les établissements scolaires, les entreprises, les établissements d’enseignement supérieur, les établissements de recherche et la société en général est particulièrement utile dans ce contexte. Au niveau stratégique, cette priorité contribue à promouvoir l’élaboration de stratégies nationales en matière de STIM.
  • Mette au point des systèmes de qualité pour l’éducation et l’accueil des jeunes enfants: cette priorité est axée sur la promotion de la mise en œuvre du cadre de qualité de l’UE pour l’éducation et l’accueil des jeunes enfants. Elle comprend des projets qui favorisent le développement professionnel initial et continu du personnel impliqué dans l’organisation, la direction et la fourniture de services d’éducation et d’accueil des jeunes enfants. En outre, cette priorité soutient également la création, l’expérimentation et la mise en œuvre de stratégies et de pratiques visant à encourager la participation de tous les enfants à l’éducation et à l’accueil de la petite enfance, y compris les enfants ayant moins d’opportunités.
  • Reconnaître les acquis d’apprentissage pour les participants à des activités de mobilité à des fins d’apprentissage transfrontières: cette priorité vise à contribuer à la mise en pratique de la recommandation du Conseil sur la reconnaissance mutuelle automatique. Elle soutient l’intégration des échanges transfrontières de classes dans les programmes scolaires, le renforcement de la capacité des établissements scolaires à organiser des périodes d’apprentissage à l’étranger pour leurs élèves et la création de partenariats à long terme entre établissements scolaires de différents pays. Au niveau stratégique, cette priorité vise à associer davantage les autorités scolaires à tous les niveaux aux efforts visant à garantir la reconnaissance, et elle soutient l’élaboration et le partage d’outils et de pratiques pour la préparation, le suivi et la reconnaissance des périodes passées à l’étranger.

Dans le domaine de l’enseignement et de la formation professionnels (initiaux et continus), la priorité sera accordée aux actions suivantes:

  • Adapter l’enseignement et la formation professionnels aux besoins du marché du travail: il s’agit notamment d’encourager l’élaboration de programmes d’EFP qui offrent une combinaison équilibrée d’aptitudes professionnelles et créent des possibilités d’apprentissage en milieu professionnel bien alignées sur l’ensemble des cycles économiques, l’évolution des emplois et des méthodes de travail et les compétences clés. Cette priorité favorise également l’élaboration de programmes d’études, d’offres de programmes et de certifications pour l’EFP régulièrement actualisés, en s’appuyant sur la veille stratégique sur les besoins en compétences. Les projets aideront les prestataires d’EFP à adapter leur offre de formation à l’évolution des besoins en compétences, à la transition écologique, au passage au numérique et aux cycles économiques.
  • Accroître la flexibilité des possibilités offertes dans le domaine de l’enseignement et de la formation professionnels: cette priorité soutient les initiatives qui élaborent des programmes d’EFP flexibles et centrés sur l’apprenant et qui contribuent à combler les lacunes existantes en matière d’accès à la formation pour les adultes en âge de travailler afin de gérer avec succès les transitions sur le marché du travail. Les projets relevant de cette priorité contribuent également à l’élaboration de programmes de formation professionnelle continue conçus pour s’adapter au marché du travail, ainsi que de programmes facilitant le transfert, la reconnaissance et l’accumulation d’acquis d’apprentissage menant à des certifications nationales.
  • Contribuer à l’innovation dans l’enseignement et la formation professionnels: cette priorité soutient des projets qui ont pour objectif principal de modifier substantiellement la manière dont l’EFP est mis en œuvre, en l’adaptant davantage aux besoins actuels et futurs de l’économie et de la société. Ces modifications peuvent être d’ordre organisationnel (planification, financement, gestion des ressources humaines, suivi et communication) ou porter sur les processus d’enseignement et d’apprentissage grâce à l’élaboration et à la mise en œuvre de nouvelles approches de l’enseignement et de l’apprentissage plus pertinentes. Ces modifications peuvent avoir trait à l’écosystème de prestataires d’EFP et à la manière dont ils établissent un dialogue avec les partenaires, par exemple grâce à la diffusion de technologies et à des activités de recherche appliquée, de sensibilisation, de mise en réseau et d’internationalisation. Elles peuvent également porter sur l’élaboration de produits et services d’EFP (développement des compétences, recherche appliquée et conseil, etc.) et leur fourniture à des acteurs extérieurs tels que les étudiants, les entreprises et les pouvoirs publics.
  • Améliorer l’attractivité de l’EFP: la priorité sera accordée aux projets qui contribuent à améliorer l’attractivité de l’EFP à différents niveaux. Il peut s’agir, par exemple, de projets visant à améliorer la perméabilité entre différents niveaux d’éducation, qui favorisent des environnements d’apprentissage ouverts et participatifs, soutiennent le développement professionnel des enseignants et des formateurs de l’EFP ou facilitent la reconnaissance des acquis d’apprentissage et l’utilisation d’Europass et d’autres services numériques. Cette priorité soutient également des projets visant à nouer des partenariats à long terme en vue d’établir ou de renforcer des concours de métiers internationaux, nationaux, régionaux et sectoriels. L’impact de ces activités peut être optimisé en collaborant étroitement avec les entreprises, les prestataires d’EFP, les chambres de commerce et d’autres parties prenantes concernées pendant les différentes phases du cycle de projet.
  • Améliorer l’assurance de la qualité dans l’enseignement et la formation professionnels: cette priorité est axée sur la mesure et l’amélioration de la qualité de l’EFP grâce à la mise en place de systèmes nationaux d’assurance de la qualité, pour l’EFP initiaux et continus, dans tous les environnements d’apprentissage et pour tous les formats d’apprentissage, fournis par des prestataires publics et privés. Cela suppose notamment de mettre en place et d’expérimenter des systèmes de suivi des diplômés, conformément à la recommandation du Conseil relative au suivi des diplômés et à la recommandation sur le cadre européen de référence pour l’assurance de la qualité dans l’enseignement et la formation professionnels (CERAQ)[1], ainsi que de se pencher sur les profils professionnels de base européens et les micro-qualifications.
  • Créer et mettre en œuvre des stratégies d’internationalisation pour les prestataires d’EFP: cette priorité vise à mettre en place des mécanismes de soutien et des cadres contractuels afin de favoriser une mobilité de qualité du personnel et des apprenants de l’EFP. Les aspects particulièrement importants comprennent la reconnaissance mutuelle automatique des certifications et des acquis d’apprentissage, ainsi que la mise en place de services d’aide aux étudiants pour la mobilité à des fins d’apprentissage. Ces services peuvent inclure des actions visant à informer, motiver, préparer et faciliter l’intégration sociale des apprenants de l’EFP dans le pays hôte, ainsi qu’à renforcer leur sensibilisation interculturelle et leur citoyenneté active.

Dans le domaine de l’éducation des adultes, la priorité sera accordée à:

  • Améliorer la disponibilité de possibilités d’apprentissage de qualité pour les adultes: cette priorité soutient la création et l’élaboration d’offres d’apprentissage flexibles adaptées aux besoins d’apprentissage des adultes, par exemple par la mise en place de possibilités d’apprentissage numériques et hybrides. La priorité est également accordée aux projets œuvrant à la validation des compétences acquises grâce à l’apprentissage informel et non formel.
  • Créer des parcours de renforcement des compétences, améliorer l’accessibilité de l’éducation des adultes et le recours à celle-ci: cette priorité vise à promouvoir de nouvelles possibilités d’éducation des adultes, notamment pour les adultes ayant un faible niveau d’aptitudes, de connaissances et de compétences. La création de nouveaux parcours de renforcement des compétences devrait permettre aux apprenants adultes de renforcer leurs compétences clés et de progresser vers des qualifications plus élevées. Les travaux complémentaires relevant de cette priorité comprennent le développement de l’orientation en tant que service pour garantir que les adultes ont accès à un apprentissage adéquat tout au long de la vie, l’amélioration du recensement des compétences et des procédures de sélection, la conception d’offres d’apprentissage sur mesure et l’élaboration de stratégies de sensibilisation, d’orientation et de motivation efficaces.
  • Améliorer les compétences des éducateurs et des autres membres du personnel de l’éducation des adultes: la priorité est accordée en particulier aux projets qui développent des compétences du personnel conduisant à une amélioration globale de l’offre, du ciblage et de l’efficacité de l’éducation des adultes. Il s’agit notamment de l’évaluation des connaissances et compétences préalables des apprenants adultes, de meilleures méthodes d’enseignement plus innovantes, ainsi que du renforcement du rôle de soutien joué par le personnel de l’éducation des adultes en matière de motivation, d’orientation et de conseil à destination des apprenants dans des situations d’apprentissage difficiles.
  • Améliorer l’assurance de la qualité dans l’éducation des adultes: cette priorité soutient l’élaboration de meilleurs mécanismes d’assurance de la qualité pour les politiques et services d’éducation des adultes. Elle comprend notamment l’élaboration et le transfert de méthodologies de suivi afin de mesurer l’efficacité des services d’éducation des adultes et de suivre les progrès des apprenants adultes.
  • Mettre en place des centres d’apprentissage tournés vers l’avenir: cette priorité vise à soutenir les environnements d’apprentissage locaux, à promouvoir l’inclusion sociale, l’engagement civique et la démocratie, ainsi qu’à proposer à tous les citoyens des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie et dans tous les aspects de la vie et à les attirer vers ces possibilités, notamment en exploitant les technologies numériques. Les projets peuvent, par exemple, encourager les centres d’apprentissage locaux, les bibliothèques, la société civile et la communauté au sens large (ONG, autorités locales, acteurs de la santé et de la culture, etc.) à collaborer pour permettre aux adultes de tous âges d’acquérir les compétences de la vie courante et les compétences clés nécessaires pour être résilients et adaptables face au changement et à l’incertitude, et pour les motiver en ce sens.
  • Promouvoir Erasmus+ auprès de tous les citoyens et de toutes les générations: la priorité est accordée aux projets qui créent et promeuvent des possibilités d’éducation et des échanges d’expériences pour les personnes âgées, en vue de construire et de renforcer l’identité européenne.

Dans le domaine de la jeunesse:

La priorité sera accordée aux actions qui contribuent aux domaines clés de la stratégie de l’UE en faveur de la jeunesse pour la période 2019-2027: mobiliser, connecter et autonomiser les jeunes. L’accent sera plus particulièrement mis sur le renforcement de la coopération intersectorielle permettant de plus grandes synergies entre les différents domaines d’action qui comptent pour les jeunes, la promotion de la participation des jeunes à différentes échelles et suivant différents formats et la promotion de la citoyenneté active des jeunes, notamment des jeunes menacés d’exclusion sociale. Les priorités spécifiques dans le domaine de la jeunesse sont les suivantes:

  • Promouvoir la citoyenneté active, l’esprit d’initiative et l’esprit d’entreprise des jeunes ainsi que l’entrepreneuriat des jeunes, y compris l’entrepreneuriat social: cette priorité vise à encourager la citoyenneté active des jeunes, notamment par le volontariat et des actes de solidarité, et à renforcer ainsi leur esprit d’initiative, en particulier dans le domaine social, et à soutenir leurs communautés. Les projets relevant de cette priorité peuvent également promouvoir l’esprit d’entreprise, l’apprentissage créatif et l’entrepreneuriat social chez les jeunes. Le dialogue interculturel, la connaissance et la reconnaissance de la diversité et la promotion de la tolérance sont essentiels à cette priorité.
  • Renforcer la qualité, l’innovation et la reconnaissance de l’animation socio-éducative: cette priorité vise à promouvoir la reconnaissance et la validation de l’animation socio-éducative et de l’apprentissage informel et non formel à tous les niveaux, et à soutenir le renforcement de la qualité et l’innovation dans le domaine de l’animation socio-éducative. Elle comprend le renforcement des capacités des animateurs socio-éducatifs dans leurs pratiques en ligne et hors ligne, ainsi que le soutien à la conception et au partage de méthodes pour atteindre les jeunes marginalisés, prévenir le racisme et l’intolérance parmi les jeunes, et tenir compte des risques, des possibilités et des implications de la numérisation.
  • Renforcer l’employabilité des jeunes: cette priorité vise à renforcer les compétences clés et les compétences de base des jeunes. Le secteur de la jeunesse joue un rôle important pour faciliter la transition des jeunes de la jeunesse à l’âge adulte, y compris en favorisant leur intégration sur le marché du travail. Les activités favorisant l’inclusion et l’employabilité des jeunes ayant moins d’opportunités [y compris des NEET (jeunes ne travaillant pas, ne suivant pas d’études ou de formation)], en accordant une attention particulière aux jeunes menacés de marginalisation et aux jeunes issus de l’immigration, sont au cœur de cette priorité.
  • Renforcer les liens entre la politique, la recherche et la pratique: cette priorité répond à la nécessité d’établir des liens plus étroits entre la politique, la recherche et la pratique dans le domaine de la jeunesse afin d’apporter des informations plus précises sur les besoins et de faciliter l’élaboration des politiques. Les activités visant à promouvoir une meilleure connaissance de la situation des jeunes et des politiques en faveur de la jeunesse en Europe et ailleurs seront importantes pour cette priorité.

Dans le domaine du sport:

La priorité sera accordée aux partenariats qui contribuent à la mise en œuvre de documents stratégiques clés tels que le plan de travail de l’UE en faveur du sport (2021-2024) ou la recommandation du Conseil sur la promotion transversale de l’activité physique bienfaisante pour la santé. Les priorités spécifiques dans le domaine du sport sont les suivantes:

  • Encourager la participation au sport et à l’activité physique: les projets relevant de cette priorité seront principalement axés sur a) la mise en œuvre de la recommandation du Conseil sur la promotion transversale de l’activité physique bienfaisante pour la santé, les lignes directrices de l’UE en matière d’activité physique et l’appel de Tartu pour un mode de vie sain; b) le soutien à la mise en œuvre des semaines européennes du sport; c) la promotion du sport et de l’activité physique en tant qu’outil de santé; et d) la promotion de toutes les activités encourageant la pratique du sport et l’activité physique, y compris le sport et les jeux traditionnels ainsi que le sport intergénérationnel.
  • Encourager l’intégrité et les valeurs dans le sport: les projets relevant de cette priorité seront principalement axés sur a) la lutte contre le dopage; b) la lutte contre le trucage de matchs et la corruption dans le sport; c) l’amélioration de la bonne gouvernance dans le sport; et d) la promotion des valeurs positives du sport.
  • Promouvoir l’inclusion sociale dans et par le sport: les projets relevant de cette priorité seront principalement axés sur a) le soutien au développement des compétences dans le sport; b) l’encouragement des doubles carrières des athlètes; c) la promotion de la qualité des entraînements et du personnel; d) l’utilisation de la mobilité comme outil d’amélioration des qualifications; et e) la promotion de l’employabilité par le sport.
  • Combattre la violence, le racisme, la discrimination et l’intolérance dans le sport et lutter contre la radicalisation violente: les projets relevant de cette priorité seront principalement axés sur la lutte contre les comportements susceptibles d’avoir une influence négative sur la pratique du sport et sur la société en général. Les projets contribueront à lutter contre toute forme de discrimination et à promouvoir l’égalité dans le sport, y compris l’égalité entre les femmes et les hommes.
  1. JO C 417 du 2.12.2020, p. 1.

.foot {font-size: 0.8em; margin-left: 2.5em; border-top: 1px solid black;} table, td, tr{border: 1px solid black; cellpadding="1"; cellspacing="1";} table{margin-bottom: 30px;}